Afrique, Conscience et Renaissance

Afrique : Exploiter son potentiel ou se faire exploiter. (pt2) Le rôle du peuple

Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous mais plus tôt ce que vous pouvez faire pour votre pays”. Ce sont là les mots poignants de John Fidzerald Kennedy. Ces mots représentent, à mon sens, ce que le peuple Africain a besoin d’entendre aujourd’hui. Je parle des peuples mais aussi des politiques d’Afrique. Que ceux-ci, dans leurs introspection, se souviennent qu’ils ont fait partie du peuple et que ce dernier les a élu pour le mener sur la bonne voie.

 

Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays.

 

C’est important de savoir ce que l’on peut faire pour notre pays. C’est même impératif pour plusieurs aspects et raisons différentes que je ne manquerais pas d’énoncer tout au long de cet article.

Croyez-moi, toutes sont bénéfiques. Tant de manière collective que de manière individuelle. Imaginez un instant l’épanouissement d’un individu au sein d’une Nation stable et l’épanouissement d’une Nation à travers celui de son peuple accompli… imaginez…

Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays parce que votre pays a déjà fait pour vous plus que vous n’imaginez. Il a fait pour vous, en vous donnant les terres les plus riches en ressources précieuses sur terre. Il a fait pour vous en vous donnant des terres fertiles et sur des étendues que tout continent désire. Il vous a donné le potentiel pour vivre comme des rois et vous? Qu’avez-vous déjà fait pour ce pays ?

Qu’avez-vous fait pour lui jusqu’ici ?

 

Aussi dure puisse-t-elle paraître, cette question n’est pas pour porter un jugement mais pour apporter du jugement. Parce qu’il nous faudra du jugement dans notre prise de conscience et du jugement dans nos actes. Du jugement mais pas n’importe lequel, un bon jugement et celui-ci commencera par notre auto-critique.

 

LIRE AUSSI PT1

Parce que toute critique et constructive à partir du moment ou nous l’acceptons, nous devons accepter la vérité de la critique Africaine. Nous n’avons pas fait ce que nous devions pour nos pays respectifs. Voilà pourquoi nous vivons la situation qu’est la nôtre. Nous pouvons pointer du doigt les politiques qui ont failli à leur devoir envers l’Afrique mais n’oublions pas de pointer du doigt le peuple qui a failli à son devoir envers l’Afrique. Ce peuple, c’est moi. Ce peuple c’est vous. Ce peuple c’est nous.

Notre position actuelle en tant que peuple d’Afrique n’est pas notre destination finale.

 

Nous avons failli à notre devoir et nous en sommes conscients, mais nous sommes aussi conscients qu’il y a encore toute une histoire à écrire. Nous sommes les acteurs de cette histoire, nous sommes les acteurs de l’histoire Africaine. C’est à nous de décider.
Quand les rideaux seront baissés, quand on racontera l’histoire africaine, serons-nous les méchants ou les héros de l’histoire?

Je ne peux pas décider du rôle que vous jouerez tout comme vous ne pouvez pas décider du mien. Mais ensemble, nous pouvons prendre la décision d’écrire une belle histoire. Ensemble au-delà de nos ethnies, ensemble au-delà de nos frontières, ensemble au-delà de nos querelles passées.

Ensemble nous pouvons montrer au monde que nous sommes à l’image de notre continent; pleins de potentiels et ce potentiel n’est pas juste une promesse. Ensemble, nous devons agir sans attendre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :