Afrique, Conscience et Renaissance

Afrique: Exploiter son potentiel ou se faire exploiter (pt1)

« J’ai compris très jeune qu’une vie où on ne tente pas de réaliser tout son potentiel, parce qu’on passe son temps à hésiter, à avoir peur ou à refuser les expériences, est une vie gâchée. » Angelina Jolie

On entend souvent dire que l’Afrique est pleine de potentiel, que l’Africain est plein de potentiel. Et c’est une chose réjouissante, vraiment. Cependant je dois avouer que j’en ai marre d’entendre parler de ce potentiel, et je pense ne pas être le seul. Ce que je veux dire par là, c’est qu’il est peut être temps d’aller au-delà de juste avoir beaucoup de potentiel et exploiter ce potentiel. Ne voulons nous pas vivre ce potentiel et pas juste en entendre parler ?

 

Comment dépasser le stade embryonnaire’ du potentiel africain ?

Pour cela nous devons dépasser le stade des lamentations et encourager non seulement la classe politique africaine mais également le peuple africain à puiser dans son réservoir de talents. Ensuite seulement, nous pourrons passer du potentiel à une réalisation tangible.


“Et quelles sont ces choses tangibles”, me direz-vous.


La première serait l’éradication de la pauvreté et de la famine. C’est inconcevable que sur un continent aussi riche que l’Afrique, la famine soit encore présente. Nous devons absolument passer ce stade de lamentation et parvenir à nous nourrir sans avoir à tendre la main.

Nous devons regagner notre ‘propre estime’ de sorte que l’Afrique ne soit plus mentionnée dans les discussions mondiales par sympathie ou en usant des termes tels que “pauvreté”, “famine”, “maladies”, “problème d’éducation”, “besoin d’aide humanitaire” et j’en passe...

 

De quelle manière atteindre nos objectifs

 

Il existe plusieurs manières d’atteindre ce but et, à vrai dire, certaines solutions sont déjà mises en place dans certains pays d’Afrique, par exemple, par des projets d’agriculture. On estime que plus de 60% des terres arables disponibles et inexploitées dans le monde sont en Afrique sub-saharienne. Imaginez que sur 105 millions d’hectares de terres cultivables au Soudan, seulement 16% (soit 16,6 millions d’ha) ont été cultivés, le même coefficient s’applique à la République Démocratique du Congo (RDC), où moins de 10% des 80 millions d’hectares de terres cultivables dans le pays ont été cultivées. Le Bassin du fleuve Congo détient à lui seul 23% du potentiel d’irrigation de l’Afrique, tout comme le bassin du Nil qui détient 19%. Il y a donc matière à travailler.

Le potentiel des terres agricoles africaines

Demandons-nous ce que nous faisons pour nous assurer que nos jeunes soient personnellement impliqués de manière à nous assurer que nous répondons à nos besoins alimentaires. Que fait la classe politique pour booster et encourager le peuple à atteindre une indépendance alimentaire ? Que fait la classe politique pour éradiquer le besoin en dons de l’unicef et autres?

LIRE AUSSI (PT2 – LE ROLE DU PEUPLE)

Certains pays d’Afrique ont prouvé qu’il est possible d’atteindre le résultat désiré. Pour n’en citer qu’un, je pourrais vous parler du Rwanda poste génocide. Le Rwanda a démontré qu’il est possible pour un pays qui a été détruit par la cruauté humaine, de renaître de ses cendres et dans un effort collectif se rebâtir sur des fondations solides et ceci en ses propres termes. Par ses efforts et l’implication du peuple, le Rwanda a tracé pour l’avenir de son peuple une trajectoire qui peut être célébrée fièrement, quoi que vous pensiez de son président, reconnaissez au moins ses exploits.

Il ne s’agit pas ici d’un cas isolé. Des mouvements similaires voient le jour dans d’autres pays comme la Tanzanie ou l’Ethiopie. Et nous pouvons dire de même des pays qui, jadis, étaient sujet à la critique mais qui, aujourd’hui, attirent un regard positif comme le Mozambique, l’Angola et même le Nigéria. Je ne dis pas ici qu’il n’existe aucun problème dans ces pays, ce que je dis c’est que ces mouvements sont des solutions aux problèmes que connaissent ces pays.

Il est donc maintenant question que le reste des Nations Africaines s’inspirent de ce que font leurs voisins et que chacune serve d’impulsion aux autres Nations Africaines dans le besoin.

 

L’ennemi de mon ami est mon ennemi

 

Si j’insiste sur ce point c’est qu’il faut que les africains comprennent que l’Afrique ne pourra s’en sortir que si les Etats africains acceptent de se soutenir les uns les autres dans leur processus de reconstruction respectif. Parce que croyez-moi les échecs de l’Afrique dépendent également des efforts intenses et répétés de certains africains à torpiller chaque bonne intention africaine. Je ne vous apprends rien en vous disant que divisés, il est plus facile pour les influences extérieures à l’Afrique d’avoir une mainmise sur le présent mais aussi l’avenir du continent.

Pensez-vous que ce soit dans l’intérêt de qui que ce soit d’autre que l’africain que l’Afrique aille mieux? Aucune Nation ou organisation ne vient en Afrique pour un intérêt autre que le sien! Demandez-vous instant, pourquoi la France ou les autres pays sont-ils si impliqués en Afrique si elle n’ont rien à y gagner? Vous souvenez vous de la presque confession de Jacques Chirac en 2008? Celle où il dit Sans l’Afrique, la France descendra au rang de puissance du tiers monde’.
  unicef logo

Croyez-vous que ce soit dans l’intérêt de l’UNICEF ou n’importe quelle autre organisation d’éradiquer la pauvreté sur le continent africain? Sans famine et misère pas de dons financier. Comprenez bien mes mots, sans votre souffrance et celle de l’Afrique, toutes ces organisations n’obtiendraient plus aucun financement et seraient appelées à disparaître. Savez vous combien d’argent rapporte UNICEF annuellement? Selon Forbes, l’UNICEF a fait $568 millions de revenue en 2017 pour $125 millions d’actifs net. Merci à la misère africaine.


La prise de conscience est nécessaire voire urgente

 

Lorsque nous aurons compris que c’est notre misère qui alimente les caisses de ces organisations, lorsque nous aurons compris que ce sont ces mêmes personnes que nous appelons à l’aide qui ont besoin de notre faiblesse pour feindre la force et se nourrir gracieusement. En étant partiellement le problème, Ils ne peuvent être une solution au problème de l’Afrique. Il nous faut une Solution Africaine au problème de l’Afrique et nous sommes cette solution, tout africain qu’est chacun d’entres vous est cette solution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :